Pourquoi faire un détour au Panama ?

Pourquoi faire un détour au Panama ?
0 Flares Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Pin It Share 0 Email -- 0 Flares ×

Le Panama est encore un pays méconnu, mais il mérite pourtant largement d’y passer quelques semaines afin d’en découvrir la beauté et l’originalité. En Europe, on connait peu de choses à son sujet. D’une taille relativement modeste, similaire à celle de l’Irlande, le Panama n’en regroupe pas moins de nombreux écosystèmes, des plages des Caraïbes aux forêts tropicales, des volcans aux îles idylliques.


La première merveille que vous visiterez en arrivant au Panama sera certainement sa capitale, Panama City, où les bâtiments ultra-modernes jouxtent le centre historique, et où les différentes activités ne manquent pas. La ville est ainsi réputée pour son centre-ville, classé au patrimoine de l’Unesco, appelé Casco Viejo, ainsi que sa partie la plus antique, Casco Antiguo. Mais la ville de Panama, ce sont aussi des gratte-ciels sophistiqués, qui jaillissent un peu partout, avec notamment une fameuse Trump Tower, et aussi une promenade en bord de mer très agréable, où les familles et les touristes se prélassent dans le climat toujours clément de la ville.


Une des autres activités principales de la ville de Panama est bien sûr le mondialement célèbre canal du Panama, chef-d’œuvre d’ingéniosité permettant de relier la mer des Caraïbes à l’océan Pacifique, et évitant ainsi aux cargos un détour infini par le Sud de l’Argentine. Le canal du Panama est la principale source de revenus du pays, et c’est ce qui permet à la ville d’être aussi développée et d’être la plus sûre de tout le continent américain. Il est indispensable de faire un tour par le musée du canal qui retrace, à travers diverses vidéos et documents, l’évolution du chantier et l’explication des travaux comme, par exemple, la création d’un lac artificiel, désormais plus grand lac du pays. Regarder les gigantesques bateaux passer à travers cette prouesse architecturale est aussi un must.


Une fois que vous serez fatigué de la ville, il sera alors temps de faire un tour sur un des plus beaux archipels de la planète, les îles San Blas. Ces îles, au nombre de près de 400, ont tout de la carte postale, et de nombreuses sont complètement inhabitées. Certaines sont aussi d’une taille miniature, avec à peine une dizaine de cocotiers entourés par un cercle de sable blanc plongeant dans les eaux complètement  calmes et translucides. La principale activité à faire dans les San Blas est indiscutablement la plongée au masque et au tuba, car il y a des récifs coralliens partout et il est plus que facile de voir une multitude de poissons tropicaux colorés, mais aussi des poissons plus imposants tels que des poissons-lunes et des raies ou même des dauphins. Enfin, les San Blas appartiennent à l’ethnie des Kunas, dont les danses et traditions sont restées très authentiques et rencontrer ce peuple des îles est une véritable expérience.

Des plages qui me rappellent celles du Zanzibar.


Ce pays étant extrêmement fin, avec l’océan Pacifique d’un côté et la mer des Caraïbes de l’autre, la plage est donc bien sûr un passage plus qu’obligé si vous vous rendez au Panama, et pas que dans les îles. Le surf est d’ailleurs un des sports les plus pratiqués par les Panaméens, dans des petits villages le long de la côte Pacifique tels que Santa Catalina, Playa Venao ou Cambutal. Chacune de ces plages disposent à la fois du calme et des vagues parfaites pour tous les amateurs de glisse. D’autres plages sont aussi réputées, comme celle de Bocas del Toro, un village sur une petite île à quelques kilomètres de la côte, dans les Caraïbes cette fois-ci. Ici, vous retrouverez l’eau translucide, mais aussi des petits bouts de jungle où vivent quelques espèces endémiques telles que la fameuse grenouille rouge.


Mais passez toutes ses vacances à la plage serait un véritable gâchis car l’intérieur des terres regorgent également d’endroits à voir. Parmi ceux-ci, on peut citer la vallée de Anton ou encore le lac de La Yeguada qui ressemble plus à un paysage du Canada que d’Amérique centrale. Un autre passage obligatoire est la petite ville de Boquete, sur un plateau surélevé où le nombre de treks disponibles, pour aller voir aussi bien des cascades, des canyons ou des oiseaux emblématiques, est impressionnant. Le plus fameux d’entre eux est très certainement la grimpée du volcan Baru. Les randonneurs en font généralement l’ascension de nuit, pendant une dizaine d’heures jusqu’à son sommet, pour pouvoir admirer de là-haut, à 3500 mètres d’altitude et dans un froid glacial, le lever de soleil sur la plaine en contrebas. Si le jour est dégagé, il est possible de cette hauteur de voir les deux océans encadrant le Panama, seul endroit au monde où une telle prouesse est réalisable.
De par son histoire, sa culture et ses paysages, le Panama a beaucoup à offrir. Il ne vous reste plus qu’à partir à sa découverte…

Et si vous aimez les treks, n’hésitez pas à faire un tour sur mon blog outdoor 1001 pas.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *